Florimon-Louis de Kerloar

Conversations

La relation idéale


Droits d'auteur ©
Tous nos textes, Fidèle, sont déposés à la Société des gens de lettres, Paris. Sois gentil, tu t’en inspires dans la vie si tu veux mais sur papier ou à l’écran, cherche ta muse ailleurs. Bonne lecture !


Nous . Cher Louis, ayant lu nos carnets, nous nous demandons si l’homosexualité est bien notre tasse de thé… N’avons-vous pas l’impression d’être un peu paumé entre notre attirance naturelle, notre dégoût – c’en est un, assurément ! – et notre lassitude face au mouvement homosexuel ?
Nous-même . Absolument, Florimon !
Nous . N’ayons pas peur de nous exprimer, voyons ! Personne ne nous juge…
Nous-même . Bien ! Puisque personne ne nous juge, nous écrirons à plume ouverte.
Nous . Nous voyons-nous comme un être normal ou véritablement psychotique atteint d’un mal freudien ?
Nous-même . Nous ne nous sentons pas particulièrement atteint de quelque mal ; nous ne voyons pas d’ailleurs l’homosexualité comme une maladie mais comme un manque évident inné ou devenu.
Nous . Expliquons-nous !
Nous-même . Oublions notre propre expérience un instant et demandons donc à un homosexuel quelle relation il entretient avec son père ! Au delà de cette généralité facile mais vérifiable, il porte une grande souffrance au fond de lui.
Nous . Nous reconnaissons donc là un symptôme…
Nous-même . Ne nous faisons pas écrire ce que nous ne pensons pas. Sortons du débat pour ménagère et religieux intégriste, s’il nous plaît ! Nous sommes un observateur, non un inquisiteur et nous témoignons. L’homme est un grand rêveur contrairement à la femme plus matérielle, plus pratique. La souffrance chez un homosexuel est une déception vis-à-vis de son environnement, ses attentes ; elle est la résultante, peut-être, d’une adolescence trop illusionnée, la recherche d’un idéal inexistant. Il est attiré non par son contraire génétique mais par son équivalent spirituel.
Nous . Ne pensons donc nous pas qu’un homme prend plus de plaisir au lit avec un autre, qu’il veut réaliser son fantasme débridé ou encore goûter au fruit défendu par la morale ?
Nous-même . La morale, insistons là-dessus, n’a jamais rien expliqué ; la morale est une mode et toute mode passe et revient ! En ce qui concerne la réalisation d’un fantasme ou le simple désir sexuel entre deux hommes, nous ne le nions pas mais n’en parlerons pas non plus car cela reviendrait à faire la psychanalyse d’un godemiché. Quant aux jeunes qui recherchent un “papa”, cela ne dure que le temps de s’assumer. Non ! si nous devons expliquer l’homosexualité, ne prenons pour matière que la relation sincère et partagée, liée et exclusive ou non, entre deux jeunes hommes.
Nous . Deux jeunes hommes ? Les vieux n’auraient-ils pas droit à notre analyse ?
Nous-même . Pour nous, il n’y a rien de plus beau que deux enfants, adolescents ou jeunes hommes en parfaite symbiose. Après 35 ans, l’âge fatidique, nous ne voyons que poussière, nostalgie d’un passé souvent raté, naissance des perversions.
Nous . Nous venons de perdre la moitié de nos lecteurs !
Nous-même . C’est bienheureux, nous n’écrivons rien pour cette moitié-là !
Nous . Admettons… Que trouvons-nous de si beau dans une telle relation ?
Nous-même . La douceur, la découverte, la complicité, la simplicité, l’harmonie.
Nous . L’harmonie ? Il nous semble qu’elle fut aux origines édifiée pour l’homme et la femme…
Nous-même . L’harmonie est universelle mais ne se trouve pas partout ! De tout temps, l’eau a justifié le feu et le blanc, le noir. L’homme n’a jamais justifié la femme et réciproquement. Ils ne sont complémentaires que par besoin ; un besoin matériel oserions-nous écrire. Il n’y a rien de beau dans l’hétérosexualité ; elle est tout juste utile à la continuité de l’espèce. Le reste n’est que romance absurde pour grand écran !
Nous . Nos propos ne sont guère nouveaux. Les Grecs déjà…
Nous-même . Les Grecs antiques avaient la sagesse de ne pas différencier le Beau du Bon. Si les âges qui ont suivi ont effacé cette vérité, elle n’en reste pas moins une vérité, pour nous appréciable.
Nous . Arrangeante…
Nous-même . Absolument !
Nous . Nous ne semblons pas vouloir vraiment nous étendre sur ce qui nous dérange, pourquoi ?
Nous-même . Nous ne sommes aucunement dérangé ! Pour apprécier une chose, il ne faut pas seulement la voir, il faut la ressentir. Un homosexuel ressent cette chose que d’autres ne conçoivent même pas. Ceux-là resteront dans l’ignorance et évolueront vers la norme établie par la société pour, répétons-le, assurer sa pérennité.
Nous . Quelle est cette chose ?
Nous-même . L’innocence !
Nous . …
Nous-même . Réfléchissons donc un peu, Diable !
Nous . Un homme est-il encore selon nous totalement innocent après s’être pris un vit entre les fesses ?
Nous-même . Ne soyons pas idiot ! Lorsqu’un enfant lève sa petite tête ronde vers les cieux, il est éclairé par les étoiles la nuit et le jour, les nuages lui renvoient des images ; il n’en demande pas davantage. Un homosexuel trouve dans son partenaire de quoi éclairer son regard, refléter une image qu’il connaît ; il n’en demande pas davantage.
Nous . Mais un enfant a besoin qu’on lui tienne la main…
Nous-même . Un homosexuel a besoin de ce contact également. Il doit combler le manque dont nous parlions au début. Il ne cherche pas un guide, il veut juste se reposer sur celui qui lui ressemble.
Nous . Pensons-nous qu’il cherche dans son partenaire ce qu’il pourrait être ?
Nous-même . Oui ! Ou aurait voulu être, ces images que les cieux lui renvoyaient dans son enfance. Il n’est pas en quête de découverte, de dépassement. Sa vision reste purement poétique et son engagement profondément innocent.
Nous . Pas de dépassement ?
Nous-même . Telle est la relation idéale !

19 février 2006, Marrakech (Maroc).


Index        Lettres        Photothèque        Philatélie        Contact & soutien        Réseaux & documents